Mairie de Roderen

 

Rappel : Le Lundi de Pâques est férié et les collectes des déchets sont avancées à ce samedi 11 avril 2020.

 

Important - Week-end pascal - Communiqué de presse du Préfet du Haut-Rhin du 08 avril 2020


Concernant la beauté de la nature printanière ou les décorations de Pâques,
N'hésitez pas à transmettre vos photographies à la mairie. Elles seront mises en ligne sur le site Internet.

 

 Ne relâchons pas nos efforts de confinement... 10 personnes ont été verbalisées à Roderen.

Dans le cadre du confinement destiné à endiguer la propagation du coronavirus,
Le secrétariat de mairie sera totalement fermé au public à partir de lundi 23 mars 2020 jusqu'à nouvel ordre.
Une permanence téléphonique sera assurée tous les matins, de 08H30 à 12H00, du lundi au vendredi - 03.89.37.03.42
Vous pourrez aussi contacter la mairie par email : mairie@roderen.fr

Information CORONAVIRUS
Toutes les informations sont disponibles sur le site du Gouvernement :
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

 

 

La batterie fanfare de Roderen propose la pratique de la musique en fanfare, dans une ambiance qu’elle s’efforce de maintenir conviviale et festive. Elle participe également à des cortèges carnavalesques, folkloriques, des fêtes de rues, de Noël et à divers défilés.

De nombreux instruments figurent au répertoire de la batterie fanfare : trompettes, clarinettes, barytons, saxophone, lyre, granits-blocs, blatteries, grosses caisses.

Répétition hebdomadaire le mardi soir, de 20h00 à 21h00, à la Maison du Village.

La batterie-fanfare organise le morgenstreich pour lancer le carnaval, le Marché des Moineaux (marché aux puces) au courant du mois de mai et la journée cochonnailles en novembre.

Présidente :
Aurélia Luttringer
Rue de la forêt
68800 RODEREN

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Une ode à la batterie fanfare,
(de Marc Lanoix)

Quand la batterie rencontra la fanfare
Ce fut un délire de petits bonheurs rares.
Un arc-en-ciel de sons envahit la maison,
L’air se gonfla de trilles à la mode pinson.
Partout chez les moineaux, on dressa l’oreille
Et on goûta, des instruments, les merveilles.

Sur les reins des tambours couraient les baguettes,
De nombreux poumons déridaient les trompettes,
Xylophone, hélicon et clarinettes,
Avec le baryton entraient en causette,
Bugles, piccolos et dansantes percussions
S’éclataient, frisant une belle explosion.

Et quand les airs décidèrent de s’aérer,
Ce fut dans un éblouissement chamarré
Où le jaune et noir tient la main au rouge,
Où tout balance, virevolte et bouge,
Dans un défilé de têtes démesurées
Et le chuintement de roulettes huilées.

La fête est alors installée dans la rue,
La foule en liesse acclame et se mue
En auditoire enchanté et assidu
De moineaux musiciens défilant sous les nues.